« Recycler le non-recyclable », comment est-ce possible ?

Bonjour Ugoline, quel est donc ce projet RECNOREC ?

Ugoline Soler : « Le projet RECNOREC consiste à transformer des déchets plastiques dits ultimes en un matériau prometteur « multi-usages ». Il nous propose de nous engager dans une société à « Déchets Positifs ».

Qu’est-ce que c’est une « Société à Déchets Positifs » ?

Ugoline Soler : « J’avais rêvé ce concept d’une Société qui consommerait plus de déchets qu’elle n’en pourrait produire, d’une part en diminuant nos productions de déchets et en éco-concevant, c’est la priorité, mais aussi en améliorant l’utilisation des ressources-déchets dans notre industrie. Quand j’ai découvert cette technologie, j’ai su que cette idée était à notre portée. RECNOREC est donc une Entreprise Sociale industrielle, qui défend les valeurs business et morales de l’ESS et rejoint par essence les principes du Développement Durable et de l’Economie Circulaire.»

S’agit-il d’une invention ?

Ugoline Soler : « Il faut effectivement préciser que RECNOREC met en œuvre une technologie qui a été développée et fonctionne déjà en Amérique du Sud dans de petites unités artisanales. Le projet consiste à adapter un savoir-faire innovant et à lui donner tout son potentiel sur notre territoire européen pour ensuite le déployer.

J’ai créé RECNOREC afin de

  1. finir de mettre au point cette technologie selon les standards de sécurité, de qualité et de fiabilité européens,
  2. lancer la première unité industrielle européenne capable de produire ce matériau, ce sera notre démonstrateur expérimental en 2021
  3. poursuivre des travaux de Recherche, Innovation et Développement autour de cette solution pour la rendre la plus impactante possible sur la réduction de la pollution plastique
  4. contribuer à réduire les prélèvements de ressources naturelles en préservant des matières substituables par ce nouveau matériau (bois notamment) et en prolongeant la durée de vie de ressources déjà prélevées (pétrole)»

Qu’est-ce qui vous a amenée à RECNOREC ?

Ugoline Soler : « J’ai eu la chance de vivre une première partie de carrière assez agitée et très variée dans les métiers de l’environnement. J’ai appris à travailler dans de grandes entreprises mais j’ai eu vite envie de rentrer dans le concret, de prendre les choses en main pour accélérer. Entreprendre m’attirait de longue date, mais je ne trouvais pas le déclencheur. Et puis les planètes se sont alignées (projet, valeurs, formation, licenciement…), et c’était parti ! »

C’était parti !… qu’est-ce qui vous plait dans ce projet ?

Ugoline Soler : « J’aime le fait de sortir des sentiers battus et de bousculer les idées reçues, les miennes aussi. J’aime me sentir acteur de mes intentions et responsable de mes choix. J’aime apprendre tous les jours et me surmener pour mes valeurs. Et je suis heureuse de rassembler peu à peu une équipe motivée. »