Questions / réponses à Maxime Jacob

Maxime Jacob
Maxime Jacob

Bonjour Maxime, peux-tu nous dire qui tu es ?

Je suis un jeune francilien, j’ai grandi à Buc dans les Yvelines, et je travaille depuis 2019 en tant qu’ingénieur R&D chez Recnorec. J’ai suivi un cursus d’ingénieur polytechnique universitaire, et suis spécialisé dans les matériaux, plus particulièrement polymères et composites.

Comment as-tu connu Recnorec ?                                

Mon projet professionnel est fortement lié au plastique et au recyclage. Je suis très préoccupé par la pollution plastique et j’ai choisi d’étudier les matériaux polymères. A la fin de mes études, j’ai voulu associer ces 2 sujets et j’ai cherché à rejoindre des projets innovants dans le domaine du recyclage plastique. Géographiquement très proche de Recnorec, j’ai rapidement découvert plusieurs interviews vidéo d’Ugoline et j’ai été séduit par la pertinence de son projet. J’ai finalement réussi à la rencontrer et à rejoindre l’équipe !

D’où est venue ta motivation pour te lancer dans un tel projet ?

J’ai pris conscience il y a plusieurs années de la gravité de la situation actuelle de gestion de nos déchets, en France et à l’étranger. Suite à plusieurs voyages à travers l’Asie du Sud-Est, j’ai découvert avec inquiétude l’abandon massif des déchets plastiques sur les lieux de vie autant que dans les espaces sauvages. La cohabitation avec cette masse plastique abandonnée semble fatalement inévitable pour les populations locales.

Passionné par le surf que j’ai eu la chance de pratiquer dans différents pays du monde, et plus régulièrement sur la côte atlantique Française, je continue à être malgré moi un témoin privilégié de cette pollution grandissante sur les littoraux. Lors de ma formation sur les polymères, et malgré le manque d’enseignement sur le recyclage et la disponibilité des ressources, j’ai choisi d’effectuer une étude de 6 mois sur la dégradation des polymères en milieu marin, dans un des pays les plus touchés au monde : l’Indonésie. Intoxication des coraux, disparition d’espèces de poissons ou encore accumulation massive de déchets dans les fonds marins ont été des éléments révélateurs de la catastrophe en cours.

À la suite de cette expérience, j’ai voulu concrétiser ma volonté d’agir face à cette problématique. Recnorec est une innovation très concrète et viable de régénération de nos déchets plastiques. Bien que la France soit moins impactée par l’abandon des déchets dans l’environnement, leur devenir n’est pas pour autant irréprochable : enfouissement, incinération ne sont pas des solutions durables. Avec Recnorec, j’ai pu donner du sens à mon projet professionnel en mettant en œuvre mes compétences pour améliorer le recyclage et enfin contribuer à tendre vers une méthode plus circulaire de notre consommation.

Quelles sont tes fonctions chez Recnorec ?

Je suis ingénieur en charge de la R&D sur le matériau, mais j’occupe également une partie de mon temps à développer la commercialisation de nos prestations de R&D sur les plastiques non recyclables. Concernant la R&D, il s’agit globalement d’obtenir un matériau issu du recyclage des déchets plastiques en mélange de la plus grande qualité possible et adaptés à des applications pertinentes.

Qu’est ce qui te motive le matin ?

L’horizon des possibilités liées à notre innovation ! Le projet est passionnant d’un point de vue technique, avec de nombreuses pistes d’études à explorer pour faire toujours mieux !

Questions / réponses à Maxime Jacob

Maxime Jacob
Maxime Jacob

Bonjour Maxime, peux-tu nous dire qui tu es ?

Je suis un jeune francilien, j’ai grandi à Buc dans les Yvelines, et je travaille depuis 2019 en tant qu’ingénieur R&D chez Recnorec. J’ai suivi un cursus d’ingénieur polytechnique universitaire, et suis spécialisé dans les matériaux, plus particulièrement polymères et composites.

Comment as-tu connu Recnorec ?                                

Mon projet professionnel est fortement lié au plastique et au recyclage. Je suis très préoccupé par la pollution plastique et j’ai choisi d’étudier les matériaux polymères. A la fin de mes études, j’ai voulu associer ces 2 sujets et j’ai cherché à rejoindre des projets innovants dans le domaine du recyclage plastique. Géographiquement très proche de Recnorec, j’ai rapidement découvert plusieurs interviews vidéo d’Ugoline et j’ai été séduit par la pertinence de son projet. J’ai finalement réussi à la rencontrer et à rejoindre l’équipe !

D’où est venue ta motivation pour te lancer dans un tel projet ?

J’ai pris conscience il y a plusieurs années de la gravité de la situation actuelle de gestion de nos déchets, en France et à l’étranger. Suite à plusieurs voyages à travers l’Asie du Sud-Est, j’ai découvert avec inquiétude l’abandon massif des déchets plastiques sur les lieux de vie autant que dans les espaces sauvages. La cohabitation avec cette masse plastique abandonnée semble fatalement inévitable pour les populations locales.

Passionné par le surf que j’ai eu la chance de pratiquer dans différents pays du monde, et plus régulièrement sur la côte atlantique Française, je continue à être malgré moi un témoin privilégié de cette pollution grandissante sur les littoraux. Lors de ma formation sur les polymères, et malgré le manque d’enseignement sur le recyclage et la disponibilité des ressources, j’ai choisi d’effectuer une étude de 6 mois sur la dégradation des polymères en milieu marin, dans un des pays les plus touchés au monde : l’Indonésie. Intoxication des coraux, disparition d’espèces de poissons ou encore accumulation massive de déchets dans les fonds marins ont été des éléments révélateurs de la catastrophe en cours.

À la suite de cette expérience, j’ai voulu concrétiser ma volonté d’agir face à cette problématique. Recnorec est une innovation très concrète et viable de régénération de nos déchets plastiques. Bien que la France soit moins impactée par l’abandon des déchets dans l’environnement, leur devenir n’est pas pour autant irréprochable : enfouissement, incinération ne sont pas des solutions durables. Avec Recnorec, j’ai pu donner du sens à mon projet professionnel en mettant en œuvre mes compétences pour améliorer le recyclage et enfin contribuer à tendre vers une méthode plus circulaire de notre consommation.

Quelles sont tes fonctions chez Recnorec ?

Je suis ingénieur en charge de la R&D sur le matériau, mais j’occupe également une partie de mon temps à développer la commercialisation de nos prestations de R&D sur les plastiques non recyclables. Concernant la R&D, il s’agit globalement d’obtenir un matériau issu du recyclage des déchets plastiques en mélange de la plus grande qualité possible et adaptés à des applications pertinentes.

Qu’est ce qui te motive le matin ?

L’horizon des possibilités liées à notre innovation ! Le projet est passionnant d’un point de vue technique, avec de nombreuses pistes d’études à explorer pour faire toujours mieux !